Notre dossier au milieu d'une pile

Notre dossier au milieu d'une pile

 

Madame, Monsieur les décideurs,

 

Mon dossier est au milieu d’une pile et vous allez le traiter, hier, aujourd’hui, demain.. que sais-je… ?

Ce dossier surfe de pile en pile depuis début septembre… C’est à la fois peu et beaucoup, 2 mois.

2 mois que mon fils et moi avons plongé dans une situation ubuesque.

2 mois que par des ressorts administratifs injustes une situation banale pour vous mais insupportable pour nous a plingé une mère et son enfant en situation de handicap dans un gouffre administratif, chronophage, énergivore, épuisant et stressant.

2 mois que par-dessus le marché nous survivons… 500€ de moins pour vivre… 500€ qui me permettent de faire les courses, mettre de l’essence, habiller mon fils, lui offrir un peu de loisirs… oh pas la fête mais de quoi avoir une vie décente…

Depuis le 6 septembre nous avons plongé dans l’indécence, indécence d’une situation injuste, d’une vie qui se paupérise…

 

J’étais cadre il y a quelques années, je bossais dans l’associatif, j’étais reconnue dans mon travail. Rien ne me prédestinait à quémander le RSA en 2019.

Et puis le handicap est arrivé, les soins, l’énergie, le sommeil très approximatif, l’incapacité de travailler pour aider mon petit bonhomme à progresser, les soins qui coûtent de l’argent, etc. Pendant 3 ans l’aeeh et son complément 5 octroyés par la MDPH en raison des frais de soins et de la cessation d’activité cumulées à l’ASS de Pôle Emploi, un peu de RSA pour assurer le minimum légal de reste à vivre, le tout en parfaite transparence auprès de chaque instance…

 

Et puis début septembre, une décision émanant d’une circulaire CAF, sans autre support légal connu ou supposé être connu du commun des mortels, rend cette situation illégale. Et mon dossier commence à arriver dans une pile. Sans m’en avertir la CAF contacte la MDPH refusant la nouvelle notification. La MDPH me prévient en urgence. Merci la MDPH. Je rappelle la CAF et là on m’annonce que l’on va perdre l’AEEH tout du moins son complément, AEEH de base :131€ du fait de ce cumul illégal à leurs yeux.

 

AEEH - 5ème catégorie  : Enfant dont le handicap oblige l’un des parents à cesser toute activité ou nécessite la présence d’une tierce personne à temps plein et entraîne des dépenses mensuelles d’au moins 295,10 €.

J’ai cessé de travaillé et les soins de mon fils excédent largement les 295,1€.

 

J’ai beau demander de quoi mon fils et moi allons vivre… Nous ne sommes qu’un dossier dans une pile… Pas une mère, pas son enfant autiste de 8 ans et demi.. Juste un dossier… Et un dossier ne vit pas. On se fout un peu de ce qu’il va devenir.

Je décide donc pour préserver les soins de mon fils, de demander ma radiation à Pôle Emploi. Je ne vous cache pas qu’à Pôle Emploi c’est la consternation. La Caf revient sur sa décision, l’AEEH est maintenue. J’appelle le service insertion du Conseil Départemental qui me rassure : je vais passer en Rsa social, pas de souci. L’AEEH est cumulable avec le RSA. A priori tout va suivre sans problème. En théorie…

 

Je rencontre une Assistante Sociale de l’UTAS qui me conseille pour éviter 3 mois sans ASS ni RSA de demander la neutralisation de mes ressources à la CAF début octobre lors de ma déclaration trimestrielle. Je le fais. La CAF refuse et m’invite à aller me réinscrire à Pole Emploi car il faut avoir épuisé tous ses droits pour bénéficier du RSA… La CAF ?! La CAF qui m’a dit que l’ASS n’est pas cumulable avec l’AEEH m’invite par un courrier officiel à me réinscrire à Pole Emploi et toucher de l’ASS ?!!

Je fais une réclamation. Mon dossier change de pile et part au Conseil Départemental en urgence, début octobre… On est début novembre. Mon dossier est toujours au chaud dans une pile, il est une patate chaude qu’on se refile sans savoir quoi en faire…

 

Mesdames, messieurs qui présidez à nos destinées, vous qui allez un jour décider si je peux bénéficier du RSA donc avoir avec mon fils le minimum légal pour vivre, sachez que dans ce dossier il y a deux vies. Celle d’une mère qui se bat depuis 8 ans et demi pour aider son enfant, qui a mis sa vie professionnelle de côté pour se consacrer à son enfant à besoins particuliers, qui se bat pour trouver les moyens de vivre et de le soigner (car non ses soins ne sont pas remboursés pour la moitié d’entre eux)…

Et il y a la vie d’un garçon de 8 ans et demi qui gravit des sommets tous les jours pour relever les défis du quotidien, qui empile les heures de soins pour avancer, progresser, malgré les difficultés de l’autisme et de la dyspraxie… Mais en attendant ce dossier attend dans une pile, et depuis 2 mois une mère est plongée dans l’administratif, moins disponible pour son enfant, rongée par l’inquiétude et le stress à tenter de joindre les deux bouts… mais le découvert augmente et il augmentera encore, logique quand on a moins pour vivre que ce dont on aurait besoin….

2 vies en suspens depuis 2 mois dans l’attente que quelqu’un prenne son courage à deux mains et se dise : " Mais c’est pas possible ! On ne peut pas laisser cette mère et son fils dans cette situation injuste !  Ils doivent vivre décemment ! " Peut-être ce sera le cas, peut-être pas…

Notre situation est urgente, on plonge dans la plus que pauvreté quand on a pas 500€ hors AEEH pour vivre, payer son loyer, sa voiture, ses assurances, son essence, ses courses et qu’il faut en plus payer des soins indispensables…

 

Au milieu de chaque dossier dans une pile, il y a des vies, des vies qui peuvent basculer, des vies au bord du précipice… C’est le cas de celles d’un enfant autiste de 8 ans et demi et de sa mère…

 

Merci d’enfin mettre fin à cette situation aussi injuste qu’insupportable.

 

Cordialement

 

Lire aussi : Comment on va vivre le mois prochain ?