Un ami pour réfléchir et grandir...

Un ami pour réfléchir et grandir...

Alors, pour ceux qui ne le sauraient pas encore, il y a 7 ans et demi j'ai accouché d'un Titi, prédiagnostiqué TED à 3 ans puis confirmé porteur de TSA, probablement asperger de l'ex dénomination, à 5 ans. De mon côté le diagnostic est arrivé à 45 ans, me réconciliant avec moi même et mes étrangetés, ces difficultés et ces atouts un peu en marge.
Titi est fils unique. Pas toujours rigolo pour lui, j'imagine, mais ceci dit quand on lui demande s'il voudrait un petit frère ou une petite sœur, la réponse est sans appel : "non! de toutes façons il est trop tard, maman est trop vieille !" BIM, me voilà ménopausée par le gnome avant l'heure !

Donc bref a priori je n'ai qu'un môme à gérer et élever... et pourtant depuis deux ans environ, j'en ai systématiquement deux !
Et le deuxième il peut être super discret, voire totalement invisible mais parfois très invasif, posant 12 milliards de question à Titi sur notre vie, ses apprentissages, ses intérêts spécifiques. Quand il joue avec lui et rompt sa solitude, c'est plutôt cool et je dois avouer que quand il me soulage de conversations sans fin sur la différence entre la barre de tâches de Windows 7 et celle de Windows 10 ou les logos de Windows XP et celui de Windows 98, je souffle un peu. Mais quand Titi, en effondrement émotionnel pour des raisons diverses et variées, une frustration mal gérée (oui bon comme souvent...!) adopte des mots, intonations ou gestes violents et qu'il nous dit que c'est de sa faute à lui, parce que c'est lui qui lui a appris ces attitudes là, moi je trouve qu'il pousse le bouchon un peu loin (Maurice)...
Mais de qui s'agit-il...? Qui est donc ce membre supplémentaire de notre famille qui est si proche de Titi, ce double ?
Qui est cet être si important qu'il puisse souffler à l'oreille de Titi son attitude, qu'il puisse être celui à qui Titi apprend la vie, le monde...? Il est son ami. Un ami que l'on ne voit pas, que l'on entend que par la voix de Titi. Cet être capital est son ami imaginaire.
Grace à lui, Titi explique à un autre, comme pour mieux le comprendre, ce monde qui l'entoure, ce qu'on lui explique. Il repond aux interrogations de son ami imaginaire et surement qu'ainsi cela prend plus sens pour lui.Il peut lui faire etat de ses connaissances, de ses certitudes mais aussi de ses doutes, il peut prendre confiance en affirmant ce qu'il sait.
Il est son confident, celui à qui il raconte sa vie, ses projets, son planning, comme si verbaliser à un autre qui n'existe pas vraiment lui permettait de se rassurer.
Bien sûr, j'ai déjà parlé avec lui de cet ami imaginaire, m'interrogeant qu'il n'ait pas de nom "il n'en a pas besoin" et de comment il fait pour l'appeler "pas besoin, il est là quand je le veux", ceci dit il l'appelle de plus en plus "copain imaginaire".
Évidemment je me suis inquiétée de savoir s'il avait bien conscience que pour de vrai il n'existait pas mais visiblement je m'inquiétais pour rien, évidemment qu'il le sait ! Par contre en constatant qu'il arrivait à Titi de lui parler en public, j'ai du donner la consigne à Titi qu'à la maison, son ami était le bienvenu, mais ni à l'école, ni en lieu public. Parfois, l'ami imaginaire s'invite quand même, il faut redonner la consigne de "juste à la maison" car sinon il peut sembler parler tout seul et ca pourrait le stigmatiser.
Et bien sûr je me suis inquiétée de savoir si vraiment il l'entendait dans sa tête et si ce dernier lui disait de s'énerver quand il est en crise... je t'avoue que ça m'inquiétait quand même un chouïa c't'histoire, mais... oufff non !!!! Non, copain imaginaire n'est pas le double maléfique ou je ne sais quoi d'autre, il est comme le "pair manquant" à la maison, un pair rassurant car il n'est jamais surprenant ni dans l'opposition. Il est là quand Titi le veut, il est sous contrôle et ça pour Titi, c'est hyper rassurant !!!
Mais je ne me suis pas inquiétée outre mesure de ce nouveau venu dans notre famille, ni même ne m'inquiète qu'il soit encore là car il rompt la solitude d'un Titi qui commence à être en demande de jouer avec ses pairs.

Je ne m'inquiète pas car moi même j'ai eu des amies imaginaires, elles ont été mes premières interlocutrices alors que j'étais une toute petite fille. Elles étaient mon monde, avaient un nom, une existence propre et je préférais leur parler à elles qu'aux humains.
Elles n'ont vraiment disparu de ma vie que quand j'ai commencé à jouer aux playmobils et à leur inventer des histoires, leur prêter mes états d'âme, les rendre acteurs de mes rêves (ce que fait aussi Titi). Ces playmobils ont fini par être remplacés à 11/12 ans par des personnages dessinés et découpés (en 2D donc) évoluant dans une maison que j'avais aussi dessinée et à qui j'inventais les histoires que je ne vivais pas.
Ils ont à leur tour été remplacé par l'écriture d'histoires, de poèmes, de nouvelles à partir de 12/13 ans. Là encore tous ces supports étaient mes outils de communication principaux parfois pour vraiment dire à d'autres, raconter mais aussi souvent pour me permettre à moi de vivre une vie que je n'osais pas, d'être une autre, une que je n'étais pas, pour appréhender le monde plus facilement que dans la vraie vie.

Mais aussi, je dois bien te le confier ici, il y a un truc que je n'ai jamais cessé de faire tout au long de ces années, un truc assez inavouable, mais jamais ô grand jamais en public pour éviter le shame total, un truc qui me permettait de remplir un vide, mais aussi de donner du sens, c'est parler toute seule. Et seulement maintenant, je comprends que pour moi parler seule c'est m'entendre réfléchir, dire c'est comprendre, donner du sens, m'entendre dire c'est construire ma pensée...

Alors non je ne me suis jamais inquiétée de l'arrivée de cet ami imaginaire dans la vie de Titi, au contraire même je crois que ça m'a rassurée qu'il lui faille un Autre pour se construire, son autisme ne l'enferme pas sur lui...
Alors un jour "copain imaginaire" partira mais quand Titi le voudra, s'y sentira prêt et ce jour là je crois bien qu'un Autre réel remplacera "copain imaginaire"... qui restera pour toujours le témoin de son enfance, de son entrée dans le langage, de son ouverture au monde...

Allez, je peux te le dire, je l'aime bien aussi au fond, copain imaginaire... d'ailleurs dans Vice versa quand Bing Bong, le meilleur ami imaginaire de l'enfance de Riley, se sacrifie et finit par disparaitre de la mémoire de Riley, oh la la ce que j'ai pleuré !!!
Et quand copain imaginaire disparaitra, je sais qu'il importera avec lui un bout de l'enfance de mon Titi, et je te garantis pas que je ne pleurerai pas encore une fois...

PS : Tu crois que la CAF peut prendre en compte mon nouvel enfant imaginaire...?

Ajouter un commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question consiste à tester si vous êtes ou non un visiteur humain et à éviter les demandes automatisées de spam.
15 + 3 =
Trouvez la solution de ce problème mathématique simple et saisissez le résultat. Par exemple, pour 1 + 3, saisissez 4.