Ce soir j'ai été nulle...

Ce soir j'ai été nulle...

Il est 22h30 et c'est dans la quiétude d'une maison où tout le monde dort que je me suis refait le film de la journée, comme souvent le soir, en décalé... Et j'ai fait un terrible constat : ce soir j'ai été nulle... Oh pas toute la soirée...! Mais entre 17h30 et 18h15, je dirais...
Oui, mon Titi, excuse moi, mais c'est avec toi encore une fois que ce soir, j'ai été nulle (bon rassure toi ce n'est pas toujours qu'avec toi... ).
Tu avais passé une super aprem chez papy et mamie et tu avais oublié de faire tes devoirs, alors en rentrant je t'ai invité à t'y mettre. Tu ne voulais pas. Toi, tu voulais regarder des vidéos sur Youtube des jouets Pat Patrouille... On va pas se mentir, je te comprends ça doit être plus cool... Mais il y avait ces devoirs à faire... De l'écriture. Tu devais écrire à l'affilée tous les jours de la semaine. J'ai du insister et te dire ce qu'on fait tous comme d'indignes parents que l'on est : "tu fais ton écriture et apres, ok pour tes videos !"
Il te fallait les écrire sans modèle tes mots et tu disais que tu n'y arriverais pas. Mais on sait bien toi et moi, que c'est souvent faux... Tu y arrives très souvent à faire les trucs que tu dis ne pas arriver à faire...
Tu t'y es mis. Pas le choix. Et ça a été long, long... Tu as fait le "l". Tu t'es arrêté. Tu réclamais un modèle. Je t'ai fait remarquer que vu qu'hier tu les avais copiés, ils étaient sur la page de gauche. Alors tu as continué. Une lettre. Le "u". Une pause. Tu fixais l'horloge comme ça sans mot dire. Je t'ai rappelé à ta mission. Le "n". Tu as bougé ta chaise. Tu as raclé ta gorge. Tu as ris nerveusement. Tu cherchais où tu en étais. Tu retrouvais. Tu reprenais. Le temps passait. Et tu le voyais passer car ton regard se perdait souvent dans la pendule. Et moi, je perdais patience. Ça m'agaçait de voir toute cette énergie que c'est de te reconcentrer. Ça m’épuisait. Ça m’énervait. J'ai haussé le ton. Je t'ai intimé de te concentrer. Tu as continué. Tu t'es encore dandiné sur ta chaise. Tu as encore raclé ta gorge. Tu as encore regardé la pendule. Et moi, ce soir j'ai été nulle.
Maintenant avec le recul, je me dis : pourquoi je t'ai (nous ai) imposé ce supplice ?! Pourquoi n'ai je pas stoppé la torture au bout de 10 minutes ? Pourquoi t'ai je imposé d'aligner ces 7 mots ? Parce que c’était écrit dans le cahier de devoirs ... Alors que bon, je devrais m'en foutre du cahier de devoirs ! Ce n'est pas la priorité ! Tu es si fatigable, c'est si compliqué pour toi la concentration mon Titi. Pourquoi je t'ai obligé à les finir ? Pourquoi je t'ai laissé 45mn devant ton cahier ? Pourquoi j'ai haussé le ton ? Parce que les autres ils vont les faire, eux les devoirs... Parce que si la maîtresse les donne (alors qu'on sait bien que normalement il ne devrait pas y en avoir, surtout écrits) c'est qu'elle juge ça nécessaire pour tous... dont toi... Mais non, j'aurais du m'en foutre mon Titi, j'aurais du plus respecter tes limites en terme de concentration et de fatigue. Vraiment, ce soir, alors que tu dors, je me dis que j'ai été nulle... Qu'importe si tu mets une semaine de plus à écrire les jours de la semaine... non ?
C'est pas facile d'être la maman d'un petit garçon extra-ordinaire, on se sent nulle souvent, on a peur de ne pas faire les bons choix, pas prendre les bonnes décisions, on craint l'avenir, le regard des autres, le manque de soutien parfois, on flippe tellement... On flippe tant que des fois c'est comme si on voulait oublier que l'on vous en demande beaucoup...
Ce qui m’empêche quand même d'être carrément nulle c'est que quand tu es couché, souvent, en décalé, je me refais le film et je fais mon autocritique, je me remets en questions et je finis toujours par le constat que j'ai été un peu nulle mais aussi que oui c'est pas facile d'être la maman d'un petit garçon extra-ordinaire mais que ce n'est rien comparé à tes difficultés à toi... J'y pense quand tu as des effondrements émotionnels, des crises de frustration monstrueuses, des crises d'angoisses et de résistance au changement, des pétages de plombs aux transitions... Plus tu grandis et plus dans ces moments là je me dis "sa crise est hyper pénible et épuisante mais que vit il, lui, en ce moment, pour être comme ça?!". Et ça me retourne les tripes et mon amour pour toi centuple ma patience... Bon, je ne suis pas une mère parfaite, loin de là, je râle des fois. Et des fois, c'est si dur pour moi tant de sollicitations et d’énergie que je dois faire face à mon propre effondrement émotionnel et supporter le tien, et dans ces moments là j'ai tendance être moins patiente. Mais j'apprends, mon Titi. Je grandis. Et j'apprends de mes erreurs.

Ce soir j'ai été nulle... mais promis à l'avenir, l’écriture ce sera 10mn pas plus ! Et tant pis si tu n'as écris qu'une lettre ! Ça ne voudra pas dire que tu ne savais pas faire mieux mais juste qu'à ce moment là tu ne POUVAIS pas faire mieux, mon Titi...

Excuse moi d'être nulle parfois, mon Titi, parce que même si c'est épuisant et que ça met ma patience à rude épreuve parfois, c'est vraiment chouette d'être ta maman...

Ajouter un commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question consiste à tester si vous êtes ou non un visiteur humain et à éviter les demandes automatisées de spam.
5 + 6 =
Trouvez la solution de ce problème mathématique simple et saisissez le résultat. Par exemple, pour 1 + 3, saisissez 4.